Comment booster la (re)connaissance de son travail ?

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Les articles de ce thème « Développer votre état d’esprit entrepreneurial », vous permettent de vous inspirer pour développer votre mindset entrepreneur.


Cette série d’articles fait la synthèse d’éléments issus de séances d’échanges entre pairs, principalement animées, par la méthode du Codéveloppement.
Inspirez-vous de ces cas pour résoudre vos propres problématiques.


Cet article retrace les principaux échanges lors d’une séance d’entraide entre pairs sur la problématique de non reconnaissance du travail d’un entrepreneur.


Au cours du mastermind de DevCo, les entrepreneurs peuvent évoquer leurs difficultés, et faire appel à leurs pairs pour trouver des pistes de solutions, d’après leurs expériences, et leur point de vue extérieur à la situation exposée.

La blessure de la reconnaissance au travail dont a été victime l’entrepreneur en question étant encore très fraiche, il a accepté que je publie cet article, tout en conservant son anonymat.

Le contenu de l’atelier a été tellement riche, que j’ai souhaité maintenir la rédaction de cet article pour inspirer d’autres entrepreneurs qui rencontreraient cette situation, qui peut être délicate, mais pas tabou, et l’entrepreneur a accepté de procéder de cette façon.


Contexte

L’entrepreneur, qui expose sa problématique, a réalisé de nombreuses publications au sujet de son travail sur internet, en ayant recours à différents supports.

Pour cela, il a tenté différentes stratégies : poster régulièrement la même chose, ou des sujets différents, poster aussi bien des publications, que des stories, traiter des sujets qu’il amène, ou même aborder des sujets traités par d’autres, en y apportant son point de vue…

Et malgré tous ces efforts, il ne constate pas de retour sur son travail, ni de réaction de la part des personnes qu’il souhaite atteindre.

Cela lui donne l’impression que son travail n’est pas utile, n’intéresse personne, et que personne ne voit la valeur de son travail.

L’entrepreneur en question a également relancé des contacts en dehors du monde digital. Mais pour l’instant, ils n’ont pas donné suite à ses appels, ni à ses propositions de lien sur le long terme. Ce qui lui a donné l’impression d’être entouré de personnes qui ne le comprennent pas.


Clarification

Les autres entrepreneurs autour de la table sont ensuite invités à poser des questions quant à la situation exposée, pour mieux la comprendre

Ils lui demandent notamment, quel objectif, et quel enjeu il vise par ces publications. Cet entrepreneur souhaite par ces publications montrer son travail, et partager ses valeurs autour de l’écologie.

Et également, les autres entrepreneurs présents demandent si ce retour sur la non prise en compte de son travail sont des impressions, ou s’il a eu des retours factuels à ce sujet.


Demande

Vient ensuite la phase d’expression de la demande de l’entrepreneur qui expose sa situation.

Il souhaite obtenir de la part de ses pairs des pistes de solutions, et des angles de réflexion pour que son travail soit plus reconnu


Solutions

Enfin, ses pairs lui apportent des pistes de solutions à sa demande. Et cette séance en a été particulièrement riche.

Rencontrer les vrais humains derrière les réseaux sociaux digitaux

Ses pairs confortent l’entrepreneur qui expose sa situation, sur le fait que c’est une bonne chose de montrer ses centres d’intérêts. Mais, qu’il est tout aussi important d’aller à la rencontre des personnes, des acteurs, des groupes autour de ces centres d’intérêts pour qu’ils pensent à nous, comprennent ce que nous proposons, voient qui nous sommes, et s’en souviennent encore mieux, au-delà d’une simple publication sur un réseau social derrière un écran.

Dans le même sens, une entrepreneure lui conseille de se rapprocher un maximum de sa cible. En appelant, envoyant des emails, proposant des visios, allant à des événements, en partant directement à leur rencontre. Une autre solution, d’un autre bord serait d’aller à sa rencontre en achetant de la publicité. Elle lui conseille de se rappeler qu’un réseau social n’est pas une plateforme de vente, mais un espace où l’on travaille un réseau, montrer qu’on existe, parler de notre spécialité. Mais c’est plutôt lors des échanges réels plus rapprochés, qu’il pourra parler de ses offres, ses tarifs, sortir son argumentaire commercial. Il lui semble important, au-delà des réseaux sociaux, de décrocher des rendez-vous en individuel, pour parler de façon plus approfondie de son activité. Et pour tout ce qui tourne autour, ne pas hésiter à demander des personnes en contact sur les réseaux sociaux pour qu’ils continuent à voir ce qu’on fait, même de loin. Enfin, elle lui conseille de ne pas attendre que les gens aillent sur ses comptes, sites… mais plutôt de les pousser à y aller, leur montrer, montrer qu’on est là, qu’on propose des choses…

Les autres entrepreneurs lui proposent aussi de voir les réseaux sociaux comme l’extension du monde réel, mais de ne pas le considérer comme le monde réel. Ce n’est pas parce que ses publications sur un réseau social ne lui apportent pas de réaction de la part de son audience, que son audience ne l’a pas vu, n’est pas intéressé pour autant. Une entrepreneure donne l’exemple de lorsqu’une personne lance une demande de connexion sur LinkedIn sans explication. Dans la vraie vie, on dit « Bonjour » avant tout lorsqu’on souhaite entrer en contact avec une personne. Il y a bien des différences entre les usages digitaux, et ceux du monde réel.

Dans le même sens, une entrepreneure lui conseille de prendre en compte le fait que la vie business n’est pas uniquement sur les réseaux sociaux. Les réseaux sociaux existent depuis peu finalement, à l’échelle de l’histoire des affaires. C’est une tendance qui se développe en ce moment, c’est sûr, mais il est aussi possible de faire sans, ou tout du moins, seulement en partie pour développer son activité. Une entrepreneure donne l’exemple que c’est parce qu’ils se sont rencontrés sur ce mastermind, que cela lui a donné envie d’en savoir plus sur son activité, et d’entrer en contact avec cet entrepreneur pour suivre son actualité. Parce qu’ils avaient échangé de vive voix en amont.

Également, une entrepreneure lui rappelle que selon les réseaux sociaux, seulement 1% de notre communauté voit nos publications. Donc, si on a une petite audience, c’est normal qu’elle semble peu réactive.

Une entrepreneure autour de la table lui partage le fait qu’elle a la plupart de ses contacts grâce à des personnes qu’elle connait dans la vraie vie. Il est donc nécessaire d’alimenter son réseau personnel proche, en montrant qu’on est là, prendre des nouvelles… Et le réseau s’étoffe au fur et à mesure. Il lui arrive régulièrement d’avoir des échanges du type : « Hier, je discutais avec untel, il en est là, il a besoin de ça… ». Parce que la prospection froide, dans le dur, c’est plus compliqué. Donc, il est important de garder contact régulièrement avec son réseau proche, se donner des nouvelles, et de fil en aiguille, on va vers le réseau des autres, et notre réseau s’étend.

Une entrepreneure lui partage une astuce pour étoffer son réseau. Lorsqu’elle contacte une personne de son réseau sur un sujet, elle ne quitte jamais un rendez-vous sans lui demander s’il peut lui donner entre un à trois autres contacts qui seraient intéressés par tel sujet, selon son besoin. Si chacun reste dans son coin, cela sera plus difficile de développer son activité. Et de garder en tête que même si ça ne génère pas quelque chose tout de suite, au moins on est dans la tête de la personne, on a montré qu’on existait. Et quand elle aura un besoin, il y a des chances pour qu’elle pense à nous. Et lorsqu’une personne semble intéressée, mais pressée, ne pas hésiter à lui demander quand elle sera plus au calme pour parler de ce sujet, de noter cette échéance, et de revenir vers elle à ce moment plus opportun.

Finalement, une entrepreneure lui partage la nécessité d’accepter le fait que le réseau prend du temps, et les choses se font au fur et à mesure.

Proposer des démarches innovantes

Une des solutions qui lui a été proposée, est celle d’accepter de faire des séances de découverte gratuites, pour se faire connaitre, élargir son réseau auprès de contacts avec qui on veut se rapprocher. Il existe plein de solutions possibles pour se faire connaitre, et interagir avec d’autres personnes, les vraies personnes, avant d’être vraiment reconnu sur les réseaux sociaux. Pour cet entrepreneur, le like en termes de reconnaissance ne vaut rien comparé à une personne qui vient participer à un de nos ateliers, nous a rencontré, a vu notre travail, et l’a apprécié de l’intérieur.

Une autre solution lui est formulée pour utiliser son activité au profit de sa demande de visibilité. Par exemple, cet entrepreneur peut réaliser un contenu autour d’un sujet qui le touche, en se basant sur le contenu d’une autre personne à ce même sujet. L’entrepreneur peut donc tagguer la personne qui a créé le contenu initial, pour qu’il devienne visible sur le réseau de la personne qui avait produit ce premier contenu. Il aura alors mis sa patte dans quelque chose plus grand que lui, au-delà de son unique réseau. Cela multiplie sa visibilité auprès d’un autre réseau, qui va à son tour communiquer sur son travail. Cela lui permet enfin de se rapprocher de personnes qui partagent ses mêmes intérêts.

Travailler sa stratégie éditoriale de façon réfléchie

Dans les conseils apportés, les entrepreneurs lui rappellent qu’avant de publier quoi que ce soit, il est important de choisir le réseau social adapté à son activité. Et sur là où se trouve sa cible, car c’est surement là où notre audience aura tendance à nous rechercher, et acceptera plus volontiers de nous y voir. Il faut également que l’entrepreneur en question soit à l’aise avec cette plateforme. Si par exemple, un entrepreneur est très sensible aux critiques négatives, il vaut mieux ne pas aller sur YouTube, qui donne la possibilité à l’audience de cliquer sur des  pouces vers le bas. Et ensuite, qu’il définisse une ligne éditoriale, et réalise ses contenus ciblés.

Une entrepreneure lui conseille de systématiquement penser à son persona lorsqu’il publie un élément. L’idée est de se dire que lorsqu’on réalise une publication, on s’adresse à ce persona. Se mettre à sa place, l’imaginer ce qu’il recherche, ce qu’il veut voir, comment il veut qu’on lui parle, de quoi il veut qu’on lui parle…

Enfin, une autre entrepreneure lui conseille d’accepter le fait que c’est un long chemin avant qu’une cible n’achète quelque chose auprès de nous.


Et vous, quelles sont vos astuces pour augmenter la (re)connaissance de votre travail ?


Pour être notifié directement par mail le vendredi de la parution d’un nouvel article, vous pouvez vous inscrire à la newsletter de DevCo.


A bientôt,

Antonella
Facilitatrice de développement entrepreneurial à impact


Avec DevCo, je contribue à la pérennisation et à l’accélération du développement des entreprises à impact positif.

Ces articles de blog vous permettent de trouver de l’inspiration pour développer votre état d’esprit entrepreneurial, et des bons plans pour développer votre entreprise.


Définissez enfin la méthode d’organisation adaptée à vous et à votre activité


Indiquez vos coordonnées ci-dessous pour recevoir la vidéo d’explication gratuitement directement dans votre boite mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.