La méthode Pomodoro

Temps de lecture estimé : 6 min

Les articles de ce thème “Développer votre entreprise“, vous permettent de découvrir des conseils et de l’inspiration, pour développer votre entreprise de la manière la plus adaptée à votre activité, et à vous, en tant qu’entrepreneur.


Cette série d’articles décrypte des outils organisationnels en toute objectivité, pour vous permettre de vous les approprier.


Dans cet article, je décrypte la méthode Pomodoro qui permet de gagner en concentration et productivité, et vous livre mon retour d’expérience.


Objectif

La méthode Pomodoro est un outil de gestion du temps qui vous permet de rester concentré, et de vaincre la procrastination.

Le nom vient de l’italien, qui signifie littéralement « tomate », comme le minuteur de cuisine, qu’utilisait le créateur de cette méthode, pour timer les différents cycles de travail utilisés dans cette méthode.


Usage

Cette méthode peut être particulièrement utile pour plusieurs raisons.

Si vous vous sentez facilement distraits, et avez besoin d’une méthode extérieure à votre propre volonté, pour faire preuve de discipline.

Si vous disposez de peu de temps, et souhaitez effectuer des tâches de façon productive, et efficace.

Si vous avez besoin de vous aérer le cerveau à intervalle régulier, lors de périodes de travail intense.


Principes

Cette méthode permet de structurer son temps de travail en courts intervalles, encadrés de petites pauses.

Vous pouvez le faire seul, ou même à plusieurs pour vous motiver à tenir le rythme.


Etapes

Avant de vous lancer dans les cycles de Pomodoro, déterminez les tâches que vous souhaitez effectuer. Puis, divisez votre travail en tâches plutôt égales, d’une durée d’environ 25 minutes chacune.

Vous travaillez intensément, sans coupure ni distraction, sur une tâche spécifique pendant 25 minutes.

Puis, vous vous accordez une pause de 5 minutes.

Vous pouvez vous lever, boire, regarder au loin, mettre un peu de musique, vous étirer, fermer les yeux, bailler…

Puis, vous repartez sur un nouveau cycle de 25 minutes de travail sans distraction, suivi de 5 minutes de pause.

Et ainsi de suite pendant 4 cycles, à la fin desquels, vous pouvez vous accorder une pause plus longue, de 15 minutes.

Et parce qu’un schéma vaut mieux qu’un long discours, voici à quoi cela peut ressembler.


Matériel

Le seul matériel minimum dont vous pouviez avoir besoin est un élément qui vous montre le temps : que ce soit une montre, ou votre horloge sur votre ordinateur.

Si vous pouvez avoir un minuteur, ou quelque chose qui vous permette de marquer des temps, c’est mieux. Le timer, ou l’alarme de votre téléphone portable peut tout à fait faire l’affaire.

Et sinon, vous pouvez trouver des applications, propres à la méthode Pomodoro, qui vous permettent d’appliquer à la lettre la méthode, sans avoir besoin de paramétrer les temps de travail, et de pause.


Exemples de mise en pratique

Cette méthode peut être utilisée par tout indépendant, qu’il soit freelance ou entrepreneur, qui se sent submergé par les tâches à accomplir, qui a besoin de se plonger dans un tunnel de concentration, de façon efficace, pour avancer.

Ca peut être très efficace pour des tâches automatiques, plutôt mécaniques, qui ne nécessitent pas de grandes réflexions. Vous scindez ces tâches en plusieurs micro tâches, et vous les abattez les unes après les autres, à chaque cycle de Pomodoro.

Ce n’est pas adapté à des tâches créatives, pour lesquelles l’arrêt d’un cycle pourrait freiner, ou couper la réflexion, et brider l’imagination.


Résultats

En appliquant la méthode Pomodoro, cela permet de faire de beaux gains en productivité, par la réduction de l’impact des interruptions, pendant la réalisation d’une tâche. Vous êtes 100 % concentré sur ce que vous faites, au moment où vous le faites, et n’êtes pas interrompu.

Les pauses permettent de favoriser l’assimilation, et d’aérer son cerveau et son corps. De façon à pouvoir repartir plus reposé pour le cycle suivant.


Mon retour sur cette méthode

Je trouve cette méthode très intéressante, et l’ai utilisée à plusieurs reprises, au début de mon activité entrepreneuriale, où j’avais cette envie de faire plein de choses en même temps, et de répondre à tout le monde au moment où je recevais une sollicitation.

J’ai surtout utilisé cette méthode en collectif, dans un espace de coworking où j’allais régulièrement. Il y avait souvent des séances de Pomodoro organisées. On se mettait tous autour d’une grande table, on travaillait sur nos sujets respectifs. Et à la fin de chaque cycle, on n’avait pas le choix, il fallait lever les yeux de l’ordinateur,  et on pouvait échanger quelques mots avec nos voisins, aller prendre un thé à la machine, et on repartait tous ensemble à nos ordinateurs, dès la fin des pauses.

Aujourd’hui, j’ai appris à me discipliner pour ne pas être tentée par des distractions extérieures. J’ai changé mon environnement. Par exemple, je ne reçois plus de notifications des réseaux sociaux sur mon téléphone. Je ne suis donc plus tentée de regarder sur mon téléphone qui a posté quoi. Je ne ressens donc plus le besoin de suivre la méthode Pomodoro. En revanche, en cas de « rechute », je sais qu’elle existe, et je pourrais la remettre en place si besoin.

Néanmoins, quand je l’utilisais, je ne me sentais pas totalement à l’aise avec l’idée de faire à chaque fois des cycles de 25 minutes de travail. Toutes mes tâches ne se font pas nécessairement en 25 minutes. Des fois plus, des fois moins.

Par la suite, j’avais adapté cette méthode selon le temps que j’avais estimé pour les tâches à venir. Une fois ma todo réalisée, si j’avais une tâche de 30 minutes, et une autre de 1 heure, je pouvais me mettre un cycle de 30 minutes de travail, puis 5 minutes de pause, puis d’une heure de travail. J’adaptais plus la méthode Pomodoro à mon travail, que mon travail à la méthode Pomodoro.

J’ai poussé par la suite cette remarque plus loin, en me disant, qu’au-delà du temps alloué aux tâches, nous avions tous, en tant qu’humain des cycles d’efficacité différents. Pour ma part, cela ne me dérange pas de travailler pendant 2 heures, par exemple, sans coupure. Quand je suis dans le flow, le temps passe sans que je ne m’en rende compte. Je n’ai donc pas toujours besoin d’un cycle court de Pomodoro. Voire, je peux m’en sentir bridée, à devoir m’arrêter trop tôt.


Cette méthode peut être très efficace, et utile selon votre contexte, et vos besoins. Elle a fait ses preuves à de nombreuses reprises, et continue d’être utilisée, et régulièrement citée dans les formations d’optimisation de sa productivité.

Libre à vous de vous l’approprier de la façon qui vous convienne.


Et vous, vous avez déjà testé la méthode Pomodoro ?
Qu’en avez-vous pensé ?


Pour être notifié directement par mail le vendredi de la parution d’un nouvel article, vous pouvez vous inscrire à la newsletter de DevCo.


A bientôt,

Antonella
Facilitatrice de développement entrepreneurial à impact


Avec DevCo, je contribue à la pérennisation et à l’accélération du développement des entreprises à impact positif.

Ces articles de blog vous permettent de trouver de l’inspiration pour développer votre état d’esprit entrepreneurial, et des bons plans pour développer votre entreprise.


Définissez enfin la méthode d’organisation adaptée à vous et à votre activité


Indiquez vos coordonnées ci-dessous pour recevoir la vidéo d’explication gratuitement directement dans votre boite mail

Laisser un commentaire

Je candidate pour la prochaine promotion du mastermind de DevCo

X