Mes apprentissages du lancement officiel de ma première offre

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Les articles de ce thème “DevCo“, vous permettent de découvrir qui je suis, en tant que fondatrice de DevCo, d’où je viens, quelles sont mes valeurs etc.


Cette série d’articles vous permet de suivre des bilans d’expériences dans l’aventure entrepreneuriale de DevCo.


Je vous livre dans cet article mes principaux apprentissages du lancement de ma première offre du mastermind de DevCo.


Après avoir testé mon offre de façon gratuite, j’ai pris en compte les remarques de mes testeurs pour ajuster mon offre. Et lancer quelques mois plus tard ma première offre complète, qui prend en compte leurs retours, et qui lance la version officielle de mon offre, c’est-à-dire au format payant.

Je vous livre dans cet article mes principaux apprentissages du lancement de ma première offre du mastermind de DevCo, ces collectifs d’entrepreneurs à impact positif qui se retrouvent régulièrement pour échanger et s’entraider entre pairs sur leurs activités respectives.

Si je devais résumer la plupart de ces apprentissages en un mot, je dirais : flexibilité ! Parce qu’être entrepreneur, c’est faire preuve de souplesse, d’agilité et d’adaptation, surtout quand on est solo-entrepreneur, et qu’on débute.

Mon offre était donc claire sur le contenu. Je savais comment je voulais animer les séances, et j’avais une idée assez précise de toute l’organisation autour.

Et c’est justement, principalement sur cette organisation que j’ai dû faire preuve de souplesse, pour m’adapter aux contraintes de mes clients.


Voici donc mes principaux apprentissages :

Faire preuve de souplesse, tout en gardant en tête mon cap

Comme l’expression « une main de fer dans un gant de velours ». Ici, la main de fer ce sont les ateliers. Je sais comment ils vont se dérouler, et je m’y tiens. Le gant de velours c’est la partie douce, et ajustable de leur organisation.

Très concrètement, la main de fer était par exemple le fait que, pour cette promotion, il y avait une séance par semaine. Je comptais faire un rendez-vous récurrent et fixe, comme « tous les mardis à 14h ». Mais il a fallu que je sorte mon gant de velours, et accepter que chaque semaine avait son lot de contraintes pour les différents entrepreneurs autour de la table. Nous avons donc ajusté les jours et heures, dès qu’un entrepreneur avait une contrainte sur ce créneau fixé à l’avance. Mon cap était ici de leur permettre d’avoir une séance par semaine, je l’ai gardé en tête, et sur cela, je n’y ai pas dérogé.


Accepter que tout ne se passe pas comme prévu

On a beau imaginer les plus beaux scénarii quand on travaille son offre, il arrive toujours des faits que l’on n’avait pas prévu, et sur lesquels, on se doit de surfer pour trouver une solution.

Pour ce premier lancement, j’ai communiqué sur le fait qu’il s’agirait d’une promotion de six entrepreneurs qui se retrouveraient régulièrement. Arrivés à quelques jours avant le début du mastermind, je n’ai que trois entrepreneurs inscrits. Très motivés, et impliqués, mais seulement trois. Que faire alors ? Leur dire qu’on reporte à une prochaine fois, quand j’aurais six inscrits ? Ou maintenir à seulement trois ? Finalement, j’ai décidé de maintenir, parce qu’à trois, la force du collectif est bien présente. Et c’est ça l’objectif principal de ces masterminds, au-delà d’atteindre un chiffre qui représente un nombre de participants. C’était une première, alors j’ai dû accepter que la salle ne soit pas comble. Finalement, en fin de mastermind, les entrepreneurs m’ont dit avoir apprécié ce petit comité, très familial. De mon côté, cela m’a permis de leur laisser plus de temps pour les échanges. Aujourd’hui, je communique sur le fait que chaque promotion du mastermind de DevCo regroupe six entrepreneurs « maximum ».


Intégrer les contraintes à mon contexte et en faire une force

Au moment où je lance cette promotion de mastermind, nous sommes en plein entre deux confinements. Nous pouvons à nouveau sortir, mais la situation sanitaire reste fragile. Je décide donc de maintenir cette promotion sur un format 100 % à distance, alors que j’ai depuis toujours animé des ateliers en présentiel.

Je me suis rendue compte alors de plusieurs choses. Déjà, que, même si les interactions humaines sont moins fortes en ligne, les ateliers peuvent quand même avoir lieu, et les résultats sont là. Aussi, cela m’a permis d’ouvrir la visibilité de DevCo auprès de clients que je n’aurais jamais pu atteindre en présentiel, avec notamment une cliente qui habite à l’étranger. De mon côté, cela me fait gagner un temps considérable sur la durée de trajet. Et à mes clients aussi. Ils peuvent ainsi maintenir le rythme hebdomadaire des séances. Et aussi, le fait d’animer ces séances à distance permet d’être plus adaptable, et de pouvoir les maintenir malgré des contraintes fortes extérieures. Par exemple, le deuxième confinement est arrivé en cours du mastermind. Malgré tout, nous avons pu maintenir les séances, et conserver le format prévu initialement. Aussi, un autre exemple que je pourrais donner est celui d’une participante qui s’est cassée un doigt de pied, et qui a quand même pu participer à l’ensemble des séances depuis chez elle.

Je suis donc passée d’une contrainte : « je dois tout faire à distance, alors que j’ai toujours animé en présentiel ». On sent là la contrainte imposée. A : « je vais animer à distance, ça sera plus flexible pour moi, et les participants ».


Affiner mon offre

Nous avons tous appris à marcher en expérimentant. C’est la même chose pour l’entrepreneuriat. On prépare, on réfléchit à une stratégie. Mais il n’y a rien de mieux que de faire, se mettre en route pour ajuster en marchant.

J’ai par exemple pu affiner ma cible. Je ne souhaitais pas cibler les entrepreneurs en création d’entreprise, car je ne souhaitais pas qu’ils assimilent le mastermind de DevCo à de l’accompagnement à la création d’entreprise. Il existe des structures adaptées à ce type de besoin. Cependant, lors de ce premier mastermind, en échangeant avec les entrepreneurs alors candidats, je me suis rendue compte que le mastermind pouvait intéresser des personnes en création d’entreprise, sur d’autres sujets, ceux de l’apprentissage entre pairs. Il suffit juste de clarifier en amont avec mes prospects sur ce qu’est le mastermind, ce que cela peut leur apporter, pour qu’il n’y ait pas de malentendu, et d’attentes non comblées.


Payer pour une prestation est un réel engagement

Je n’avais jusque-là proposé que des prestations gratuites. Même dans l’ancien format de mon premier projet entrepreneurial. Et je devais faire face à chaque fois à des inscrits non présents, des inscrits arrivant en retard, des inscrits qui avaient lu en diagonale le descriptif de l’atelier…

Pour la première fois de mon aventure entrepreneuriale, j’étais face à des clients, qui avaient payé ma prestation. Et j’ai ressenti là toute la différence. Les entrepreneurs se branchaient systématiquement à l’heure de début des séances, avec dans le pire des cas, cinq minutes de retard. A chaque fois qu’un entrepreneur ne pouvait pas venir à une séance, il me prévenait et s’en excusait d’avance. A chaque séance, les entrepreneurs avaient préparé les éléments nécessaires. Ils avaient compris ce qu’était ce mastermind, ce qu’il pouvait leur apporter, la philosophie du « je prends pour mon activité, et je donne aux autres », et étaient totalement impliqués. De mon côté, étant donné que je passe beaucoup de temps à préparer chaque séance, c’est tellement plus agréable de voir que son travail est reconnu.


Se lancer c’est apprendre sur moi et pour mon activité

Comme je disais plus haut, se lancer dans le grand bain permet d’apprendre beaucoup plus vite, et de façon beaucoup plus adaptée au terrain, que de rester à réfléchir seul de son côté.

J’ai donc appris sur moi-même. Même si j’ai envie d’automatiser un maximum le processus du mastermind, je souhaite conserver la réalisation de certaines tâches manuellement. Parce que je porte haut et fort la valeur humaine de mon activité, et que mes clients aussi. Cela va de pair avec la flexibilité évoquée plus haut. Par exemple, les mails que j’envoie chaque semaine à mes clients sont pré-écrits. Cependant, j’adapte leur contenu à chaque fois en fonction de ce qu’on s’est dit aux séances précédentes, pour conserver ce lien propre à cette promotion d’entrepreneurs, et ne pas avoir l’impression que c’est un robot qui parle.

J’ai également appris pour DevCo. Le fait de lancer cette première offre officielle m’a permis de valider que j’apporte de la valeur à ces clients que j’accompagne. Et d’après leurs retours sur le questionnaire final, c’est exactement là où je voulais impacter, que les entrepreneurs ont réellement senti des apports. Cela me conforte dans le choix de mon offre. Je voulais impacter les entrepreneurs sur tels sujets, c’est chose réussie. Hâte maintenant d’accompagner de futurs entrepreneurs à impact positif dans leur quête de pérennisation d’activité, d’accélération de leur développement et d’organisation d’activité !


Et je souhaite terminer cet article par un poème qui résume tout à fait le maitre mot de ces apprentissages : la fexibilité.

“Le Chêne un jour dit au Roseau :
Vous avez bien sujet d’accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.
Le moindre vent qui d’aventure
Fait rider la face de l’eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d’arrêter les rayons du Soleil,
Brave l’effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphir.
Encor si vous naissiez à l’abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n’auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l’orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
— Votre compassion, lui répondit l’Arbuste,
Part d’un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu’à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. Comme il disait ces mots
Du bout de l’horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût porté jusque-là dans ses flancs.
L’Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu’il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine,
Et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts.”

Jean de La Fontaine

Et vous, quels apprentissages tirez-vous du lancement de votre première offre ?


Pour être notifié directement par mail le vendredi de la parution d’un nouvel article, vous pouvez vous inscrire à la newsletter de DevCo.


A bientôt,

Antonella
Facilitatrice de développement entrepreneurial à impact


Avec DevCo, je contribue à la pérennisation et à l’accélération du développement des entreprises à impact positif.

Ces articles de blog vous permettent de trouver de l’inspiration pour développer votre état d’esprit entrepreneurial, et des bons plans pour développer votre entreprise.


Découvrez comment l’intelligence collective va booster votre entreprise


Indiquez vos coordonnées ci-dessous
pour recevoir le livre blanc gratuitement
directement dans votre boite mail

Laisser un commentaire

Je candidate pour la prochaine promotion du mastermind de DevCo

X